top of page

L’art de l’écoute, un chemin vers le bonheur

Dernière mise à jour : 5 déc. 2022








Nous sommes des êtres relationnels, en tant que tel, nous avons besoin des autres pour échanger, partager, grandir et murir. Dans la communication, nous développons nos plus belles qualités, comme la tolérance, la patience, la compassion. Ces belles qualités humaines, acquises grâce au relationnel nous permettent de nous sentir accompli. Pour une bonne communication, nous devons apprendre à écouter, mais, écouter, ce n’est pas seulement entendre ce que l’autre personne qui converse avec nous veut nous dire.

L’art d’écouter est une pratique qui s’intéresse rigoureusement à ce qui nous est dit.

Cela nécessite un travail et un savoir-faire et savoir être spécifique, afin d’être en totale harmonie avec notre interlocuteur.



L’écoute active a donc pour fonction de répondre à nos besoins humains fondamentaux.

Il est important de reconnaître le bien-être de la communication sur notre la santé afin d’entretenir de bonnes relations pour avoir une vie plus saine et plus heureuse.


L’art de l’écoute est une spécificité qui se travaille, elle est une composante de la thérapie de la relation d’aide de Carls Rogers elle aide à établir des relations plus solides et à atteindre des objectifs personnels et professionnels

Apprendre à bien communiquer peut-être accessible à tous, nous allons en voir certaines caractéristiques afin d’exploiter au mieux cet outil bénéfique.




Caractéristiques d’une bonne écoute et communication




Pour qu'un individu puisse écouter, il faut d’abord qu'il ait envie d'écouter.

L’intention, la volonté de se rendre disponible pour écouter est une des composantes d'une écoute efficace.


La vérité est que beaucoup d'entre nous écoutent pour répondre, plutôt que d'écouter ce qui est réellement dit.

La bonne écoute est une compétence difficile à maîtriser, un art qui peut être appréciable à exploiter pour jouir de tous ses bienfaits, qu’il peut apporter au niveau relationnel.



Nous devons être libres dans notre tête pour ne pas être distrait par nos pensées et préoccupations, pour créer une « ouverture totale » au discours de l’autre.



Pour apprendre à écouter l’autre activement, il nous faut d’abord faire :

- le silence en nous-même,

- être dans l’attention, en présence,

-se détacher émotionnellement afin de ne pas être impacté par ce qui est dit,

- nous devons nous dispenser de porter un jugement,

- accepter l’autre dans son entièreté et sa spécificité.



Même si nous ne partageons pas les mêmes valeurs, prendre en compte l’autre et de ce qu’il a à raconter sans préjugés, n’est pas donné à tout le monde. Il nous faut d’abord acquérir une attitude bienveillante envers l’humain pour mettre de côté nos propres convictions et nos valeurs et accepter celles des autres.


L’écoute, une communication empathique



Se mettre à la place de notre interlocuteur en toute bienveillance et empathie, est le meilleur moyen de le découvrir.


C’est comprendre ce qu’il ressent, c'est aussi lui montrer le respect que nous lui portons, ce qui peux le mettre en confiance et l’aider à libérer la parole, parler sans tabous.


Quand nous menons une conversation, nous aimons que la personne en face de nous se joint à ce que nous exprimons, sa façon d’être, son intérêt, sa posture, ses paroles encourageantes, son empathie peuvent nous toucher.


Les mimiques et autres gestuelles nous expriment beaucoup sur la suite à donner à la discussion et à la relation de confiance qui peut se créer par la suite.



Si nous écoutons avec complaisance et que l’autre le perçoit, la discussion risque vite de s’ajourner.


Si nous sommes préoccupés, distraits, ailleurs… nous ne pourrons percevoir toutes les subtilités qui se jouent dans une conversation et nous mettre à la portée de notre interlocuteur.


Il nous faut donc être ouverts et réceptifs pour comprendre ce qui se dit.


Relationner est un art subtil, que l’on acquiert par expérience.


Une bonne écoute inclut de se souvenir de ce qui a été dit pour ne rien laisser au hasard et répondre de manière appropriée à notre interlocuteur.

Bien restituer le discours, c’est aussi montrer que nous étions attentifs à ce qui a été dit.



Le non-verbal, l’écoute des messages inconscients



Avoir une écoute optimisée, c'est aussi posséder une bonne capacité d’observation, car l’écoute prend aussi en considération non seulement les paroles, les émotions, les gestes corporels.

Le non-verbal s’expriment parfois beaucoup plus que les simples mots.


Décoder les signaux non verbaux qui sont des messages inconscients, amène à bien identifier le discours de notre interlocuteur, cela nous aide à lui apporter l’écoute ou l’aide, appropriée.




Les signaux non verbaux fournissent souvent des informations sur l'état émotionnel de l’interlocuteur et peuvent également affecter la façon dont on peut percevoir le message.

60 % de la communication est non-verbale et spontanée.


Décrypter son langage nous permet donc de connaitre si la personne va bien ou si elle est dans une situation inconfortable ou en danger.





Travailler avec des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer depuis vingt ans m'a beaucoup aidé à comprendre l'essence du non-verbal et à affiner mon sens de l'observation.


Le non-verbal nous donne un énorme pourcentage des informations que nous devons ensuite décrypter, c’est à nous de nous ajuster afin de bien comprendre ce qui, s'est exprimé.

Cela aide par ailleurs à éliminer les malentendus en ajoutant plus de clarté à ce qui est dit verbalement.




Apprendre à écouter avec efficacité est une belle opportunité pour créer des liens relationnels solides, bien communiquer au travail et interagir avec tous.


Cela demande une pratique, une éducation de l’écoute qui pourrait être enseigné dès le plus jeune âge, avec des thématiques d’écoute comme la communication non-violente, une écoute intelligente afin que cela devienne une pratique consciente et intégrée…



Savoir écouter l’autre, c'est aussi être respectueux de son prochain, cela permet de s’ouvrir à de meilleures relations et d'engendrer plus de bonheur et d’harmonie dans nos vies.


Si nous changions notre façon de relationner cela pourrait aider à faire grandir notre société et limiter les sujets à interprétation, l’incompréhension afin de limiter les conflits.


Nous recherchons tous le bien-être et l’harmonie la preuve en est du marché du développement personnel qui est toujours en forte croissance.


Et si un des chemins vers le bonheur était une question d’écoute ? à méditer…



Sur le même sujet


La Maturité émotionnelle






Gagnez en présence , enpraesence.com





Posts récents

Voir tout
bottom of page