top of page

La Dépendance aux choses matérielles

Dernière mise à jour : 27 avr.


se polluer de chose
la dépendance aux choses


« Depuis que nous sommes tout petits, on nous donne des choses et on nous apprend à aimer les choses.

Si bien qu'en grandissant, nous voulons toujours plus de choses.

Nous demandons sans cesse de l'argent de poche à nos parents pour pouvoir acheter des choses.

Puis, quand nous avons l'âge, nous prenons un travail pour acheter des choses.

Nous faisons l'acquisition d'une maison pour y mettre nos choses.

Bien sûr, il nous faut une voiture pour trimballer nos choses.

Comme bientôt, nous avons trop de choses, notre maison devient trop petite. Nous achetons donc une maison plus grande.

Mais alors nous n'avons plus assez de choses, donc nous rachetons des choses.

Puis, il nous faut une voiture neuve, car la première est usée à force de trimballer nos choses.

Et ainsi de suite. Mais nous n'avons jamais assez de choses. »

Sketch de George Carlin


La dépendances aux choses matérielles, ne trouve aucun contentement.


De choses et d'autres


va vers la vie
Trop de choses, tue l'essence de la chose

Aujourd'hui, nous consacrons beaucoup de temps à accumuler toutes sortes de choses dans notre vie, telles que des biens, de l'argent, de la connaissance, de la nourriture, des vêtements, du sexe, de l'amour, des conquêtes, des gadgets, des jeux, des plaisirs, des voyages, des muscles, des followers, des faux amis, etc.


Pour posséder, un semblant de vie acceptable, se sentir vivant et pourquoi pas, pour être dans l’air du temps.


Ces choses que l'on nous sert, adaptées, adaptables, pour notre mieux être, notre épanouissement, pour une meilleure qualité de vie, font le bonheur des experts en communication, des publicitaires, des vendeurs en tous genres et des industriels qui s'enrichissent pendant que nous amassons et nous nous polluons de leurs choses.

Cette dépendance aux choses matérielles pollue notre terre et notre vie.



La dépendance aux choses, entre autres

l'ego un tyran
“Un humain conscient est guidé par sa conscience, pas par l’opinion populaire.” – Suzy Kassem

Nous devenons l'esclave de choses que l'on nous présente comme de bonnes choses, la chose à faire, à prendre, à essayer, à acheter, à consommer, la chose tendance, la plus originale, innovante, celle qui va rendre jaloux notre voisin et nous fera kiffer notre vie.


On se laisse donc absorber par ces choses, aveuglé que nous sommes, pour s'adapter à cette société ou consommer nous consume à petit feu.


perdus dans la connectivité

Ces experts en tous genres et en toutes choses connaissent nos faiblesses, ils ont la technique imparable pour nous vendre leurs choses conditionnées pour notre conditionnement.


Ils instillent avec leur savoir-faire une dépendance sournoise, jouant avec nos fragilités, créant en nous un manque constant, et manipulant nos instincts primaires, nos peurs, nos émotions les plus profondes en nous forçant à nous remplir en continu, jusqu'à l'épuisement.


Manipulé par nos désirs et émotions, nous plongeons tête la première dans ces pulsions, dans ces choses qui ne sont pas toujours saines et légitimes.


l'achat complusif
« Il y a dans la sobriété de la propreté et de l'élégance. »

On se sent avec cette pression psychologique investit d'une mission de combler les trous de nos existences, en se remplissant en abondance, intellectuellement, matériellement, physiquement, spirituellement et que sais-je encore, vous seul pouvez savoir à quoi vous passez votre temps à vous remplir.




L'indépendance aux choses

soyez présent


La voix de la sagesse et du porte-monnaie, a beau nous parler pour nous dire de ralentir et d'apprendre à se recentrer, nous la mettons en sourdine.


Elle est trop sévère et moralisatrice, pas cool, un peu même Has-been, on ne se marre pas avec elle, elle nous freine, casse l'ambiance, nous limite alors que l'on préfère s'amuser, s'endetter ou s'endormir et paraître avec nos choses.



introspection
On va bien prendre des bains de soleil. Pourquoi y a-t-il si peu de gens qui aient l’idée de prendre des bains de sobriété.


L'équilibre serait facile à retrouver, en revenant vers plus de simplicité, à nos besoins les plus légitimes; mais l'ego qui vit dans le paraître, se complait dans ses choses, il grandit en pouvoir, en paraitre, en amassant, en possédant, toutes ces choses.


Ce dernier nous suggère d'acheter, de posséder des choses et des choses, de faire des choses, de retenir des choses, de s'intéresser à telles ou telles choses, parfois inutiles, parfois sans raison et discernement.


Faire taire le mental pourrait nous aider un instant, en invitant le silence à prendre sa place et laisser le mental ego sans ressources.


Mais, nous avons des difficultés à quitter notre personnage, du, je suis ceci ou cela, et c'est comme ça que je fonctionne.

Faire taire cette voix autoritaire qui nous pousse à nous déguiser à longueur de journée, avec le costume de la personnalité qui nous sied à ravir.


Il fait notre succès, notre popularité, notre prestige et il est même des plus confortable, car à travers ce déguisement , on se sent aimé et c'est un peu ce que nous recherchons à travers toutes ces choses.

Mais l'amour vrai est loin d'être une chose, il est une subtilité immatérielle, essentielle, que l'on ne trouve qu'en se détachant des choses.




L'ego le tyran


l'ego, le petit moi envahissant
La conscience et l’ego ne peuvent coexister. – Eckhart Tolle

L'ego, le tyran, lui, nous pousse à assouvir nos désirs, pour prendre sa dose de contentement, un bien-être qui n'est qu'illusoire, l'euphorie passée, nous repartons de plus belle.


On fabrique des guerres de choses pour posséder un territoire, ou agrandir ses richesses, pour montrer sa grandeur et sa force aux détriments des humains, qui deviennent PEU DE CHOSE.


Nous sommes devenus la chose idolâtrée, parfois, on traite même les autres, comme nos choses, ce sont nos possessions. On abuse de notre « faux pouvoir », on impose nos lois.

Le tyran se manifeste et se permet par manque de conscience d'ordonner et de faire subir de mauvais traitements.


Mais le petit moi, ne s'arrête pas là, il a ce côté sadique, qui suite à nos actions, se fera le plaisir de nous juger, nous sermonner, nous culpabiliser en nous montrant du doigt notre côté déraisonnable et facilement manipulable.


Celui-ci nous maintiendra dans sa prison de l'illusion, inconscient que nous sommes de son emprise, il nous fera nous sentir minable, méprisable, une petite chose inadaptée et nous lui donnerons raison.

Faisant de ce qu'il a semé une vérité, pour devenir une croyance qui nous collera à la peau.


la prison de l'ego

"l'ego, le tyran, nous possède tout autant."


Continuons à lui laisser les commandes, à ce petit moi, mal embouché ; il va prendre du pouvoir et nous pousser à nous contenter, à nous dire ce qu'il faut penser, ce qu'il faut faire, ce qu'il faut aimer, qui nous sommes dans sa vérité et continuer à jouir de tout ce qui lui semble bénéfique pour nous, jusqu'à l'aliénation, la destruction.

La conscience de la chose


la cosncience veut s'éveiller

Sans conscience, nous devenons moins qu'humain, mus seulement par les instincts et automatismes.
"La conscience est donc une condition sine qua non de notre humanité".

Certains réussiront, assez tôt, à reprendre conscience, à se détacher, à faire taire l'ego et les faux désirs, pour changer la donne, reprendre leur autorité, leur authenticité. Cela sera un combat entre l'ombre et la lumière, jusqu'à que la lumière dissolve toutes ces ombres et révèle la vérité.


Ils ne se laisseront plus influencer par le monde des apparences, l'illusion du petit moi, qui devra se soumettre au silence.


Après leur réveil, ils pourront percevoir tout ce qui a été abandonné par égarement : leur temps, leur famille, leurs relations, leur propre identité, leur santé, leur bon sens, leur estime, leurs valeurs, leur joie, leur vie dans ses moindres recoins."




la souffrance

Il n’y a pas de prise de conscience sans douleur. Carl Gustav Jung



L'amertume et la colère feront un passage dans leurs vies, puis il se mettra en place après cette compréhension, ce deuil, une envie pénétrante, une poussée de l'esprit pour reprendre sa vie en main.


Pour ne plus laisser sa maitrise à quiconque, pour une vie plus saine, plus consciente, plus simple, plus profonde, plus en accord avec la juste nature des choses.


La liberté se fera l'écho de la paix retrouvée, et la joie envahira leur profondeur, les rendant « vivants ».




La juste place des choses
la compassion
L'homme accumule pour un an, mais il ne sait pas qu'il peut mourir avant la nuit. Léon Tolstoï

Il arrivera un temps, prochain et certain, ou la possession à outrance disparaitra, les choses de la matérialité retrouveront leurs justes places.


Quand nous serons repus de toutes ces choses et toujours aussi vide, que toutes ces choses n'auront plus de sens.

Nous passerons à autre chose, aux choses immatérielles, spirituelles et pourtant bien réelles, qui combleront tout ce qui est essentiel, bien plus puissamment que du matériel, de la possession.


Elles nous guideront vers le vrai sens de notre incarnation, celui de se parfaire intérieurement, d'exprimer sa véritable nature, de retrouver la simplicité et sa grandeur.


Nous rendant bienheureux d'être vivant, car la vie est un cadeau, l'aimer est une bénédiction et il est bon et sage de l'honorer.


En honorant la vie, vous découvrirez toutes ses subtilités, elle vous ouvrira la voie

à tout ce qu'elle a de plus favorable, de plus juste à vous donner.


L'aimer l'encouragera à vous octroyer le meilleur et le plus adapté à vos propres besoins. Vous posséderez l'essentiel pour vous épanouir, car vous comprendrez que le bonheur ne se résume pas à avoir, mais à être.


"Celle-ci vous offrira l'ouverture de cœur, une possession précieuse et très prisée qui instillera en vous l'envie de partager, de vous épanouir dans l'échange de bienveillance, d'amour, de détachement, de générosité et du respect de soi-même et de toutes choses.

 

Une paix profonde s'installera, favorisant l'humilité et l'unité.

 

Une joie de vivre émergera, nourrie de tout ce que vous êtes dans votre entièreté, sans tomber dans l'ego spirituel. Vous n'aurez plus besoin de rien d'autre.




Ce texte est un réveil à qui saura le comprendre.




Restez centré, gagnez en présence enpraesence.com




Lire sur les choses












Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page